top of page
Rechercher
  • fpldepontlevoye

La poésie qui se perd ?

Ami forgeron, répares-tu ?


Digne ami ! Répares-tu les fleuves perdus ?

Ou bien l’atelier n’est que vin et rosé

Que le temps a usé pour les rendre goûteux

Aux palais de ton art et de ta lâcheté ?


Bon ami ! Répares-tu ma lumière d’or

Qui ne reflète plus que ce qu’elle renferme ?

Ô clarté ! Sois sans foi ! Abandonne l’aurore

Touche le fond ! Sois gaie! Qu’il te rende ferme !



Infamie ! Souvent je cale et immortalise

Tes hurlements doux et kaléidoscopiques

Après qu’ils aient croisé le rire excessif

D’une journée évasivement symétrique.


Paradis ! L’air tremble autour et tu ne fais rien.

Je te sens seul et désespéré toi non plus…

Tu perds trop de jours à compter les soirs perdus…

Laisse-moi te dire pourquoi je te rejoins :


Écouter des pensées qui n’en finissent plus.

Être ridiculement attentif à elles,

Agrippé par chacune de leurs sombres aides

Qui façonnent la face en plus con, plus confus.


L’Envie de se pendre prend aussitôt la main.

Et sentir tous les doigts s’entremêler rassure.

Le cou étreint, porté vers le loin de l’azur

Mourant à mesure que le ciel est fin.


Jason Cohen-Scali

351 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page